Architecture & Territoire : questionner la forme en partant de la grande échelle


Notre démarche part du site, de l'environnement à la grande échelle, puis du terrain et de ses contraintes pour y bâtir les espaces de vie de votre programme. Elle est issue d'un processus complexe et argumenté car nous souhaitons édifier des bâtiments dont la raison d'être dépasse les limites de la parcelle : des bâtiments qui s'intègrent dans leur environnement proche et lointain, respectant la tradition en s'inscrivant dans leur temps. Et bien au-delà des questions de style ou de mode, ses bâtiments doivent avoir des qualités intrinsèques, de rapport au terrain, d'éclairage naturel, de distribution.

Une vision rationnelle de l'architecture


Nous défendons une architecture évitant le mensonge : pas de fausses structures, pas d'imitation, seulement des éléments utiles qui dans leur expression simple affirment une esthétique justement dimensionnée, consciente. Les proportions entre les éléments sont finement étudiées. L'expression des matériaux est prise en compte. Les principes clairement identifiés de masse (maçonnerie) et d'ossature (bois) sont des thèmes porteurs de nos projets, tout comme l'économie de moyens, aidant souvent à la bonne décision.

De l'architecture… EN montagne :


Le contexte montagnard est un perpétuel défi à la construction, les contraintes à bâtir sont importantes. Pourtant la réponse la plus répandue est de nature néo-régionaliste et pas toujours adaptée. L'architecture « de montagne » est le plus souvent le lieu d'une vulgarisation composant avec un imaginaire montagnard fortement ancré, mais aux origines pas toujours très claires. Nous estimons que la montagne n'est pas un «parc d'attraction» où l'on reproduit un «style chalet» nostalgique et charmant, mais un endroit au fort potentiel architectural, et qu’une architecture d'aujourd'hui y est possible : volumes, matières, lumière, dans le respect des références traditionnelles porteuses de sens que sont les fermes, greniers et autres maisons savoyardes. L'architecture n'est donc pas juste une question de style à suivre, mais une affaire de conception et de synthèse : l'architecture naît des forces en présence. Cette attitude se détache de tout phénomène de mode. La forme découle de la fonction ! Voilà ce que nous enseigne l'architecture de nos ancêtres, en faisant preuve de la plus grande rationalité.

La connaissance du lieu


Quels sont les bâtiments qui ont composé au fil du temps le cadre d'un lieu ? Quelles sont les références typologiques qui font sens? Identifiées sur notre territoire par une analyse menée dès les études supérieures, les formes fortes que sont les édifices agricoles (fermes et greniers) voire même des édifices techniques comme les usines de décolletage ont retenu notre attention. L'époque moderne, et l'avènement du tourisme et du ski ont également marqué le paysage montagnard de ses réussites et de ses excès. La montagne a été un lieu d'expérimentation, et d'audace il y a quelques années, avant un brutal retour traditionaliste par son style, tantôt protectionniste tantôt vendeur d'une image d'Epinal. Voilà donc les bases du contexte actuel, maintenant bousculé par les nouvelles exigences d’économie d’énergie.

Etre de son temps et être durable :


Les bâtiments franchissent les années, et sont inévitablement réhabilités un jour. Certains projets se transforment facilement car leur logique constructive est claire. C'est cette notion «d'indifférence distributive» qui nous semble être porteuse d'une «architecture durable». Par cette notion nous questionnons en permanence le développement durable. Aussi et par exemple, en pensant par anticipation ce que pourrait être le bon usage du reste d'une parcelle et de sa distribution dans un perspective d'augmentation de la densité d'une zone.

Une architecture bio-climatique, par nature !


Une démarche de construction rationnelle est attentive à l'environnement par nature ! Pas seulement par effet de mode ou par obligation règlementaire. Si tous nos projets présentent une isolation renforcée, c'est que nous avons toujours considéré que la qualité de l'enveloppe est déterminante, bien avant l'application des dernières règlementations thermiques. Une bonne logique constructive d'hiver permet d'utiliser l'énergie gratuite du soleil donnée par effet de serre sur les vitrages, ou au contraire de s'en préserver en logique d'été. C'est cette tendance passive que nous recherchons d'abord par positionnement architectural et par bonne organisation des espaces et des ouvertures, par choix et position des matériaux, et ensuite par le recours aux énergies renouvelables (géothermie, solaire), ou par évolutivité possible vers ces choix futurs. Certaines de nos constructions ont été labellisées (Minergie, BBC).